Reconfinement : Les coopératives agricoles françaises mobilisées

Covid-19 : Les coopératives agricoles françaises entièrement mobilisées pour maintenir l’approvisionnement alimentaire du pays

A la suite des nouvelles mesures prises par le gouvernement Castex pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, les 2 300 coopératives agricoles françaises, qui représentent 40% de l’agroalimentaire, affirment être en mesure de garantir l’alimentation des Français pendant toute la durée de cette période de reconfinement.
Fortes de l’expérience du premier confinement et de leur maîtrise de l’ensemble de la chaîne alimentaire, de la fourche à la fourchette, les coopératives sont prêtes à assurer à l’ensemble des Français, une alimentation de qualité, sans risque de pénurie.
Particulièrement résilientes, les coopératives se sont adaptées à la crise sanitaire et maîtrisent aujourd’hui un certain nombre de paramètres d’organisation comme : la garantie de la protection des agriculteurs et des salariés (équipements de protection individuelle, dispositif de chômage partiel, recours au télétravail, etc.) ou encore l’adaptation des lignes de production pour répondre à un taux de commande renforcé (dans la mesure où ce taux ne dépasse pas les capacités maximales de production des entreprises).
Toutefois, La Coopération Agricole relève des points d’inquiétudes et de vigilance pour les entreprises coopératives particulièrement impactées par la première période de confinement. Ainsi, La Coopération Agricole appelle le gouvernement à :
– Renforcer les mesures de soutien à destination des entreprises impactées par la fermeture, totale ou partielle, des marchés liés à la RHD : pour rappel, entre mars et juin, des pertes économiques de l’ordre de -50% de chiffre d’affaires sont à souligner pour plus d’une coopérative sur 4 ;
– Maintenir ouverts, comme en avril et en mai, les magasins ruraux (jardineries, animaleries, etc.) qui sont des lieux d’approvisionnement essentiels pour la maintenance des exploitation agricoles, les mises en culture et l’alimentation des animaux domestiques ;
– Développer des aides au stockage privé afin de sécuriser les productions qui ne trouvent plus de débouchés et éviter toute perte et tout gaspillage alimentaire ;
– Privilégier la consommation de produits français afin d’assurer un débouché à la production agricole, en particulier pour les produits festifs de fin d’année (boissons et volailles festives, foie gras, etc.) ;
– Déclarer un moratoire sur l’application des pénalités logistiques jusqu’à nouvel ordre, compte tenu des perturbations des modes de consommation que la période va générer.

« Fortes de l’expérience du premier confinement, les coopératives agricoles sont organisées pour faire face aux défis qui se dressent à nouveau devant elles et pour assurer la continuité de la chaîne alimentaire à toutes ses étapes : l’approvisionnement des exploitations, la production agricole ainsi que la collecte, la transformation, jusqu’à la commercialisation des produits. Par ailleurs, à l’approche des fêtes de fin d’année, il est essentiel de veiller à ce que les filières de produits festifs, qui réalisent la majeure partie de leur chiffre d’affaires sur cette période, puissent écouler leur production. Plus que jamais, appelons à consommer français ! » déclare Dominique Chargé, président de La Coopération Agricole.

Journée Inter-filières Bio en visio le 9 décembre

02/12/20 – Info de dernière minute : Quelques places sont encore disponibles pour le webinaire de 9h45 dédié à l’alimentation des monogastriques. RDV ICI

COMMENT LES FILIÈRES AGRICOLES DE LA RÉGION SE SAISISSENT DES ENJEUX RELATIFS À LA PROTÉINE VÉGÉTALE BIO ?

Cette question sera au centre des débats et échanges qui auront lieu lors de la prochaine journée inter-filière biologique.

Co-organisée par La Coopération Agricole Auvergne-Rhône-Alpes, en partenariat avec la Chambre Régionale d’Agriculture, le Cluster Bio, la FRAB AuRA et le Pôle Bio Massif Central, cette journée aura lieu le 9 décembre 2020 et de façon totalement numérique.

Nous prévoyons ainsi une succession de webinaires pour apporter des réponses aux enjeux propres à la relocalisation de la production en région de protéines végétales bio :

    1. Une introduction réglementaire permettant également de poser le contexte de la production de protéines végétales bio en France et en Région, avec :
    • Alexandra Beraud-Sudreau, responsable du pôle Filières agricoles et agroalimentaires auprès de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes ;
    • Olwen Thibaud, référente Technique Régionales en Grandes Cultures Biologiques, auprès de la Chambre régionale d’Agriculture Auvergne-Rhône-Alpes.
    1. Trois webinaires, organisés en même temps, avec des intervenants spécifiques, pour aborder :
  • L’alimentation humaine, avec la participation de Bernard Martin, directeur des filières chez EKIBIO ;
  • L’alimentation des monogastriques, avec l’intervention de :
    • Margot Mouilleau, responsable filières biologiques auprès dde SANDERS Nutrition Animale ;
    • Un fabricant d’aliments pour le bétail ;
    • Un Institut technique.
  • L’alimentation des ruminants, avec la participation de :
    • Sébastien Courtois, éleveur dans le Rhône et administrateur SODIAAL ;
    • Nathalie Delagnes, éleveuse dans l’Aveyron et administratrice BIOLAIT.
    1. Un webinaire destiné à rendre compte des difficultés liées à la production en région de protéines végétales bio ainsi qu’à leurs conditions de stockage et de tri.
    • Avec l’intervention d’une coopérative certifiée bio ayant intégré sa filière et Olwen Thibaud, référente Technique Régionales en Grandes Cultures Biologiques, auprès de la Chambre régionale d’Agriculture Auvergne-Rhône-Alpes.
    1. Enfin, un webinaire de synthèse dont l’objectif sera de synthétiser des échanges et travaux qui auront lieu précédemment. Il s’agira aussi de définir, de façon collective et à l’aide d’outils interactifs, les attentes et objectifs que se donnent les opérateurs économiques participants, vis-à-vis de notre problématique.
    • Avec la participation d’Antoine Roinsard, de l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique.

Nous mettrons à jour cette page régulièrement afin de vous donner les dernières informations pratiques.

Les inscriptions préalables sont indispensables. RDV en ligne ICI

Pour plus d’informations, contactez votre animateur, Thibault Péclet, par mail : tpeclet@ara.lacoopagri.coop ou par téléphone : 06 09 28 92 48.

Avec le soutien financier de

  

Les trophées de la bioéconomie

Les trophées de la bioéconomie

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation organise le concours des « Trophées de la bioéconomie » 2020-2021 dans le cadre de sa 3e édition consécutive. Il récompensera des projets de filière valorisant divers usages de bioressources qui peuvent se substituer aux solutions issues du carbone fossile.
Le concours se déroule jusqu’au 7 mars 2021. Trois catégories de produits bio-sourcés sont recensées pour les Trophées : bioénergies, matériaux biosourcés et chimie du végétal.

Tous les lauréats régionaux seront valorisés lors du prochain Salon international de l’agriculture, qui se tiendra du 27 février au 7 mars 2021.
La période de candidature au niveau régional a débuté et se termine au 15 novembre 2020.

Contact à la DRAAF : Lech Zlobeckilech.zlobecki@agriculture.gouv.fr

Le règlement et le dossier de candidature sont disponibles sur la page du site Internet du MAA dédiée : agriculture.gouv.fr/les-trophees-de-la-bioeconomie

Les 3 projets primés lors de la dernière édition : agriculture.gouv.fr/qui-sont-les-laureats-des-trophees-de-la-bioeconomie-2020

 

 

100 milliards d’euros pour la relance

Plan de relance : 100 milliards d’euros pour la relance

Le plan de relance « France Relance » a été présenté par le Premier ministre le 3 septembre dernier. Doté de 100 milliards d’euros, dont 40 venant de l’Europe, son objectif est de transformer l’économie en investissant prioritairement dans les domaines les plus porteurs et faire en sorte que la France puisse retrouver son niveau économique d’avant la crise de la Covid-19 dans deux ans.

Il s’articule autour de trois volets : écologie, compétitivité et cohésion.
Parmi toutes les mesures du plan de relance, 1,2 Md€ sont spécifiquement dédiés au volet transition agricole, alimentation et forêt sous la forme notamment d’appels à projet. S’ajouteront également les mesures transversales du plan de relance (aide à l’embauche des jeunes de moins de 26 ans, rénovation des bâtiments, renforcement des filières pêche et aquaculture…).

Ce volet agri agro du plan de relance se fixe 3 objectifs :

  • Reconquérir la souveraineté alimentaire de la France : 364 millions (dont 100 M€ pour le plan protéines végétales et 250 M€ pour la modernisation des abattoirs et la biosécurité en élevage, élevage de plein air et bien-être animal) ;
  • Accélérer la transition agroécologique pour donner accès à tous les Français à une alimentation saine, durable et locale : 546 M€ (dont 346 M€ pour les moyens de production et 200 M€ pour l’accès à cette alimentation notamment par les projets alimentaires territoriaux) ;
  • Adapter l’agriculture et la forêt au changement climatique : 300 M€ (semences plus résistantes à la sécheresse, investissements de protection des cultures aux aléas climatiques, grand plan de reboisement des forêts françaises).

Nous reviendrons vers vous lorsque nous connaîtrons les modalités d’accès à ces mesures.
Plus d’information sur la présentation des mesures spécifiques aux secteurs de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt sur le site du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation :
agriculture.gouv.fr/francerelance-le-volet-transition-agricole-alimentation-et-foret

Des informations sont aussi disponibles sur : www.gouvernement.fr/france-relance

 

 

Les premiers appels à projets « France Relance »

2 appels à projets qui permettent de financer des investissements sont ouverts et peuvent intéresser les coopératives :

  • AAP France Relance « résilience » pour soutenir des investissements supérieurs à 1 million d’€ et à engager dans les prochains mois (date limite de dépôt au 17 novembre 2020) ;
  • AAP France Relance « territoires » pour soutenir des investissements de 400 k€ à engager dans les prochains mois (dépôt au fil de l’eau jusqu’à épuisement des fonds).

Un même projet ne pourra pas bénéficier des deux dispositifs, l’entreprise devra donc choisir quel AAP est le plus approprié pour le projet qu’elle souhaite soumettre à candidature afin d’éviter une double instruction. À noter que les projets qui démontrent un caractère stratégique ou critique pour notre souveraineté industrielle et qui répondent aux critères de l’AAP résilience sont à prioriser dans celui-ci.

Plus de détail concernant ces dispositifs :

AAP « Soutien à l’investissement dans des secteurs stratégiques pour la résilience de notre économie » (AAP résilience)

AAP « Soutien à l’investissement industriel dans les territoires » (AAP territoires)

Rencontre avec Laurent Wauquiez

La Coopération Agricole Auvergne-Rhône-Alpes rencontre Laurent Wauquiez

Le président de la Région Laurent Wauquiez est venu à la rencontre de La Coopération Agricole ARA le 8 septembre dernier chez Agamy.

Il répondait à l’invitation de Patrice Dumas, lancée au dernier Salon de l’Agriculture à Paris, lors d’une rencontre sur le Stand de La Coopération Agricole. Une vingtaine d’élus de coopératives des filières lait, viande, céréales-appro, vin, fruits, forêt étaient présents.

Le président Wauquiez a été accueilli par Sébastien Coquard, président d’Agamy. Après une rapide visite de la cave coopérative, en pleine réception de vendanges, Patrice Dumas a introduit les échanges en rappelant la raison d’être des coopératives : créer de la valeur et la remonter aux associés coopérateurs. Il a ensuite présenté les priorités attendues par La Coopération Agricole dans le cadre du Plan de relance :

  • Renforcer la compétitivité des entreprises et des filières sur tous les marchés et promouvoir les produits régionaux pour restaurer une souveraineté alimentaire ;
  • Accélérer et financer la transition agroécologique attendue par la société ;
  • Accompagner le renouvellement des générations, notamment en sécurisant le portage du foncier.

Les élus présents ont pu développer chacun de ces points en présentant les actions concrètes des coopératives et le soutien attendu de la Région.

Yannick Dumont (Jura Mont-Blanc) a insisté sur le besoin d’accompagner les démarches environnementales.

Christophe Chavot (Euréa) a témoigné des projets de plusieurs coopératives sur le développement de filières protéines végétales nécessitant un soutien de l’investissement dans les outils industriels.

Eric Greliche (Limagrain) et Patrick Reynard (Sicoly) sont intervenus sur la priorité de soutenir les investissements sur les moyens de production et la protection contre les aléas climatiques : création de réserves d’eau, protection des vergers…
Philippe Plasse (Sicarev) et Sébastien Courtois (Sodiaal) ont manifesté l’engagement des coopératives dans la démarche régionale Ma Région, ses Terroirs pour répondre à la demande de proximité des consommateurs et développer l’approvisionnement de la restauration collective régionale mais ils ont rappelé que la commande publique n’est pas encore au rendez-vous.

L’objectif de montrer à Laurent Wauquiez que les coopératives agricoles sont de acteurs économiques moteurs sur les territoires avec une ambition et des projets pour l’avenir a été atteint !